Ricardo Güiraldes

  

Un soir de 1911, à Paris, alors que les invités de Mme de Reszke s’amusaient à improviser des pas sur des musiques exotiques, Güiraldes demanda à un compositeur argentin de ses amis de jouer un tango au piano et, enlaçant une dame dont il avait pu apprécier les qualités de danseuse, il lui enseigna  sur le vif les rudiments de la danse. C’est ainsi que le tango pénétra dans les salons de l'aristocratie française.

 

 

 

fac similé du poème

Tango

Tango sévère et triste.

Tango menaçant.

Tango, où chaque note tombe, lourde et comme par dépit, sous la main plutôt faite pour étreindre un manche de couteau.

Tango tragique, dont la mélodie joue avec un thème de bagarre.

Rythme lent, harmonie compliquée de contretemps hostiles.

Danse qui met des vertiges d’exaltation virile dans les esprits que trouble la boisson.

Créateur de silhouettes, qui glissent muettes, sous l’action, hypnotique, d’une chimère sanglante.

Chapeaux à larges bords posés de travers sur des rictus.

Amour absorbant de tyran, jaloux de sa volonté dominatrice.

Femelles offertes, en soumissions de bête obéissante.

Rire compliqué de stupre.

Souffle de bordel. Atmosphère qui pue la fille négligée et le mâle en sueur de combat.

Pressentiment d’un éclat soudain de cris et de menaces qui aboutiront, en une plainte sourde, à une fontaine de sang fumant, comme une dernière protestation de rage inutile.

Tache rouge, qui coagule en noir.

Tango fatal, arrogant et brutal.

Notes étirées, paresseusement, sur un clavier nasillard.

Tango sévère et triste.

Tango menaçant.

Danse d’amour et de mort.

 

Ricardo Güiraldes (in La Cloche de cristal, traduction Michel Balmont)

 

Agenda

Cours  & Pratique
Atelier & Stage
Concert   Milonga  Festival 

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
11
12
13
14
15
16
18
19
20
21
22
23
25
26
27
28
29
30

Recherche dans le site

Free Joomla templates by L.THEME