Don Juan

 

Le quartier l’admire. Adorateur du courage,
Il a conquis à la longue renom de téméraire ;
Il s’est imposé en cent rixes de voyous
Et des prisons il est sorti consacré.
(Evaristo Carriego)

 

Yo soy el taita del barrio
Nombrado en Batería
Y en la Boca cualquier día
No se me dice señor
Y si voy por los Patricios
Se acordiona el más valiente
Y estando entre mucha gente
Me la largo, me la largo de doctor.

Estribillo
Calá, che, calá;
Siga el piano, che; 
Dese cuenta usted
Y después dirá
Si con este taita 
Podrán por el Norte… 
¡Calá, che, qué corte! 
¡Calá, che, cala!

En el tango soy tan taura
Que, cuando hago un doble corte, 
Corre la voz por el Norte,
Si es que me encuentro en el Sud,
Y pa’bailar la Yuyeta
Si es que me visto a la moda,
La gente me dice toda:
Dios le dé, Dios le dé vida y salud.

No hay teatro que no conozca 
Pues hasta soy medio artista 
Y luego tengo una vista
Que hasta dicen que soy luz.
Y la forma de mi cuerpo, 
Arreglada a mi vestido,
Me hace mozo muy querido, 
Lo juro, lo juro por esta cruz.

Yo soy el taita del barrio,
Preguntáselo a cualquiera.
No es esta la vez primera
En que me han de conocer.
Yo vivo por San Cristóbal,
Me llaman Don Juan Cabello. 
Anóteselo en el cuello
Y ahí va, ahí va, así me quieren ver.

Ricardo Julían Podestá

Je suis le seigneur du quartier
Couronné à Bateria
Et à la Boca tous les jours
Ce n’est pas Monsieur qu’on m’appelle
Et si je me balade à Patricios
Le plus brave se déballonne
Et au milieu de la multitude
Je me la joue, je me la joue docteur.

Refrain
Regarde, mon gars, regarde !
Et suis au piano, mon gars !
Rendez-vous compte par vous-mêmes
Et ensuite vous direz
S’ils peuvent en faire autant,
Les gars du Nord.
Regarde-moi ce corte, mon gars !
Regarde, mon  gars, regarde !

Au tango je suis si costaud
Que quand je fais un double corte
La rumeur parcourt le Nord
Alors que je suis dans le Sud,
Et pour danser la Yuyeta
Si je m’habille à la mode
Tout le monde me dit :
« Dieu vous garde, Dieu vous garde vie et santé ».

Tous les théâtres me connaissent
Vu que je suis à moitié artiste
Et puis j’ai un de ces regards
Qu’on dirait de la lumière
Et la forme de mon corps
Ajustée à mes vêtements,
Fait de moi le gars le plus aimé,
Je le jure, je le jure sur cette croix.

Je suis le seigneur du quartier,
Demandez-le à qui vous voulez.
Ce n’est pas la première fois
Que vous entendez parler de moi.
Je vis à San Cristobal,
Je m’appelle Don Juan Cabello.
Gravez-vous le sur le cou
Et allez, allez, c’est comme ça qu’on m’aime.

Traduction Michel Balmont

 Couverture de la partition originale de Don Juan

 

Dédié à Don Juan Cabello, un homme de la nuit de Buenos Aires, ce tango est le premier enregistré par un orchestre, celui de Vicente Greco. On l’entend dans ¡Tango! de Luis Moglia Barth, le premier film sonore du cinéma argentin. L’orchestre y était co-dirigé par Juan Carlos Bazán et Ernesto Ponzio, le compositeur du morceau. Ce dernier avait inventé la mélodie en reprenant, un soir de 1898, un morceau improvisé à la guitare dans la maison close de la Mamita (Concepción Amaya) par El Negro Sergio Mendizábal. Plus tard Ricardo Julio Podestá y ajouta les paroles que vous lisez ici.

 

Partition de Don JuanPartition de Don Juan
Facsimilé de la partition libre de droits empruntée à Todotango.

 

Fichier Midi emprunté à Free Scores.

 

Agenda

Cours  & Pratique
Atelier & Stage
Concert   Milonga  Festival 

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
11
12
13
14
15
16
18
19
20
21
22
23
25
26
27
28
29
30

Recherche dans le site

Free Joomla templates by L.THEME