Nuevo tango

 

De la fin des années 1950 à celle des années 1980, voire 1990, le tango connaît une importante perte de succès, un véritable trou d’air après la folie de l’âge d’or. Les danses anglo-saxonnes comme le rock’n’roll le relèguent au second plan. Pourtant c’est aussi l’époque d’un renouvellement profond, marqué par la figure d’Astor Piazzolla.

 

Compositeurs, chefs d’orchestre et musiciensAstor Piazzolla

  • Horacio Salgán (pianiste, 1916-2016) pratique en particulier avec son Quinteto Real un tango très jazzy, ouvert à d’autres musiques.
  • Astor Piazzolla (« El Gato », bandonéoniste, 1921-1992), en tant qu’instrumentiste, crée une autre manière de jouer du bandonéon, debout, en le laissant tomber à la verticale, en utilisant toute la longueur du soufflet. Bandonéoniste, pianiste et arrangeur chez Aníbal Troilo pendant cinq ans, chef de l’orchestre de Francisco Fiorentino, il étudie dans le même temps le piano classique dans l’espoir de devenir concertiste, le contrepoint avec Alberto Ginastera, la direction d’orchestre avec Hermann Scherchen, puis la composition à Paris avec Nadia Boulanger. Écartelé entre le bandonéon et le piano, son désir de musique classique et son destin de tango, il fait la synthèse de lui-même en réinventant la structure de la musique portègne, la métissant avec le jazz et la musique contemporaine. Il subit d’abord un rejet de la part des puristes (« Ce n’est pas du tango ! »), avant d’être reconnu comme un des plus grands créateurs du XXe siècle. « J’en ai marre que tout le monde dise que ma musique n’est pas du tango. Bon, s’ils veulent, ma musique est celle de Buenos Aires. Mais la musique de Buenos Aires, comment l’appelle-t-on ? Tango. Alors, ma musique est tango […] Un tango différent, intellectuel, un tango ni chanté ni dansé. Un tango pour penser. » Sa musique est néanmoins tout à fait dansable.
  • Juan Cedrón (« El Tata », guitariste et chanteur, 1939-) a réinventé le tango canción pour en faire une musique politiquement engagée.
  • Gustavo Beytelmann (pianiste, 1945-)
  • Juan José Mosalini (bandonéoniste, 1943-)

 

Paroliers/poètes

  • Horacio Ferrer (1933-2014) a travaillé avec Piazzolla et a été  jusqu’à la fin de sa vie président de l’Académie nationale du Tango (Balada para un loco, Chiquilín de Bachín, El Gordo triste, Oblivion). «  Le tango est un port amical où s’ancre l’illusion. »

 

Chanteur.se.s

  • Roberto Goyeneche (« El Polaco », 1926-1994) a travaillé avec Anibal Troilo et Piazzolla.
  • Nelly Vasquez (1937-) a chanté avec Aníbal Troilo, Osvaldo Pugliese, Astor Piazzolla et Mariano Mores.

 

Danseur.se.s

  • Carlos Gavito (1942-2005) « Un bon danseur danse la musique, et non les pas. Il ne pense pas à ce qu’il va faire, mais à suivre la musique. Nous sommes des peintres. Nous peignons la musique avec nos pieds. […] Nous dansons une solitude que nous avons au plus profond de chacun de nous et que rien ne peut combler. Le tango, c’est ce vide que nous mettons en mouvement. […] Le secret du tango se trouve dans cet instant d’improvisation qui se produit entre un pas et l’autre. C’est rendre possible l’impossible, danser le silence !  […] Ceux qui disent que vous ne pouvez pas danser le tango si vous n’êtes pas argentin se trompent. Le tango est une musique d’immigrants, il n’a pas de nationalité ! Son seul passeport est le sentiment. »
  • Juan Carlos Copes (1931-)
  • Orlando Dias (« Coco », 1951-)
  • Los Dinzel (Rodolfo « Cacho » Dinzelbacher, 1950-2015 & Gloria Varo, 1947-2018) ont inventé une méthode d’apprentissage du tango.
  • Maria Nieves (« Las piernas del tango », 1934-)
  • Ana Maria Stekelman (1944-)

Agenda

 code couleurs

Cours  & pratique
Atelier/Marathon/Stage
Concert    Milonga  Festival 

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Recherche dans le site

Free Joomla templates by L.THEME