Les Lieux du tango

 

Et, comme un efficient pain de sucre qui seul pourrait adoucir la cité floue et amorphe, le dernier tango – il y a toujours un dernier tango – embrouille toutes les oreilles et dans son rythme paresseux disloque les attitudes. (Jorge Luis Borges)

 


 Géographie - Symbolique - Danse


 

Un peu de géographie

 

Comme le catholique se rend à Lourdes ou à Rome, tout tanguero se doit de « revenir » là où sont nées sa musique et sa danse, sur les rives du Río de la Plata (en fait vous n’êtes obligés à rien).

 

L’Argentine, ses régions, et l’Uruguay lightboxL’Argentine, ses régions, et l’Uruguay

L’Argentine, ses régions, et l’Uruguay
Cliquez sur la vignette pour voir la carte 

 

Le Río de la Plata

 

Schéma des quartiers de Buenos Aires

En plus des noms de quartiers on trouve souvent dans les paroles de tango de nombreux noms de rues ou de places comme Corrientes, Esmeralda, Maipú ou Rodriguez Peña.

 

Schéma de la banlieue de Buenos Aires

Et, quelques dizaines de kilomètres plus au sud-est, dans la ville de La Plata, le quartier de Mondongo accueille, encore à l’époque de la Guardia vieja, les candombes des Noirs.

 

Schéma des quartiers de Montevideo

 

 

 

 

Montevideo et sa banlieue

 


 

Symbolique des quartiers

 

Il existe un découpage mental des quartiers de Buenos Aires, assez flou dans la littérature et où le mythe se mêle au réel, transformant souvent le sordide de la misère en cette mélancolie caractéristique du tango. À Montevideo comme à Buenos Aires, le tango est indissolublement lié à l’identité des quartiers. La ville du tango est une ville vécue depuis les quartiers. Si chacun a sa valeur, ses caractéristiques et ses formes de tangos, il n’en reste pas moins qu’ils se trouvent distribués en grands ensembles.

Las orillas désignent les quartiers périphériques où s’entasse la pauvreté, « un espace géographique et social poreux où la campagne se confond avec la ville » (Dictionnaire passionné du tango). Jorge Luis Borges dans l’Histoire universelle de l’Infamie commente ainsi : « La zone circulaire de pauvreté qui n’était pas le Centre se dénommait orillas, vocable d’orientation plus méprisante que topographique. »

La phrase précédente du texte de Borges affirmait également que « jadis personne ne parlait d’arrabal. » Le jadis de l’auteur portègne se réfère à la fin du xixe siècle, l’époque de sa naissance. L’arrabal apparaît effectivement dans le tango en 1919 avec Celedonio Flores et Homero Manzi est le dernier poète à en faire un thème central. Le mot désigne les quartiers ouvriers où naît le tango.

Néanmoins contrairement au centre-ville et à la banlieue (orillas), l’arrabal est moins un lieu géographique qu’un lieu sensible qui incarne l’imaginaire populaire portègne. Si l’une des images récurrentes de l’arrabal du tango est la combinaison de pampa et de ville qui entoure la capitale (las orillas, justement), on est souvent étonné d’entendre citer dans certaines chansons des quartiers assez centraux, San Telmo par exemple, comme représentatifs de l’arrabal. C’est que ce dernier est surtout social. Il s’oppose à la ville comme les classes pauvres aux riches. C’est essentiellement un concept abstrait, expression territoriale d’une division en fait sociale.

L’arrabal, d’un autre point de vue, est plus temporel que spatial : il est la marge entre la campagne et la ville, le front d’urbanisation avalé peu à peu par cette dernière lors de sa croissance, et il est aussi le lieu toujours regretté, même dans ses aspects les plus pauvres, comme la boue qui disparaît sous l’asphalte lors de l’extension du progrès urbain. Ainsi l’arrabal est-il en même temps un enfer de misère et l’objet d’une nostalgie imprescriptible. En définitive l’arrabal est l’inspiration, le quartier d’appartenance auquel on ne doit pas tourner le dos, qu’il ne faut pas oublier.

Le Centre n’est jamais nommé en tant que tel dans les tangos.

Le Sud est en même temps topographique (les quartiers sud) et symbolique (les quartiers populaires, dangereux).

Le Nord renvoie symboliquement à des quartiers plus bourgeois, on est supposé y danser le tango de manière simple et élégante (salón).

 


 

Les lieux où l’on joue et l’on danse

 

La musique et la danse se pratiquent d’abord dans des lieux mal famés, academías, perigundines, maisons closes.

Mais quand elles reviennent de France auréolées de la gloire qu’elles y ont acquise, un nouveau lieu s’ouvre, le cabaret. Leurs noms évoquent d’ailleurs Paris : Les Ambassadeurs, Royal Pigall, Maxim, Chanteclerc, Moulin rouge, Armenonville,…

Parallèlement les théâtres s’ouvrent au tango. Les revues musicales mettent en scène le monde interlope qui est le sien (ou peut-être déjà qui ne l’est plus), de sorte que le public bourgeois peut goûter son folklore sans être en contact avec lui.

Il faudra attendre encore longtemps pour que les salles de concert s’ouvrent au tango. « ¡Al Colón! ¡Al Colón! » criaient les aficionados d’Osvaldo Pugliese qui voulaient que leur héros joue au Teatro Colón, haut lieu de la culture portègne. Il s'y produira, mais il lui faudra attendre 1985, presque la fin de sa carrière.

Agenda

Cours  & Pratique
Atelier & Stage
Concert   Milonga  Festival 

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
2
3
4
5
6
7
9
11
12
13
14
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Recherche dans le site

Free Joomla templates by L.THEME