Les instruments du tango

 

Bandonéon

C’est l’instrument roi. Pourtant il n’est pas là aux origines. Cette espèce de petit et long accordéon carré, qui appartient donc à la famille des instruments à anches libres, fut mis au point au milieu du XIXe siècle par l’Allemand Heinrich Band (d’où son nom). Il arriva au Rio de la Plata dans les bagages des marins de la même nationalité. A partir des années 1910 il devint essentiel dans les orchestres de tango, dont il ralentit la cadence et rendit la musique plus mélancolique. Plusieurs morceaux mettent en valeur son rôle : Quejas de Bandoneón de Juan de Dios Filiberto, Che Bandoneón ! d’Anibal Troilo ou Tristezas de un doble A d’Astor Piazzolla (les deux derniers sont des bandonéonistes essentiels). L’accordéon est également présent dans le tango.

 

Violon

L’instrument central aux origines. Détrôné par le bandonéon, il reste néanmoins essentiel. Le violon, par ses capacités expressives, apporte beaucoup au tango. Mais l’inverse est également vrai : de nombreuses techniques de jeu naissent dans les milongas : ornementation, percussions, glissandos fouettés, grattements et frottements. Quelques violonistes célèbres : Julio de Caro, Francisco Canaro, Juan d’Arienzo, Hugo Baralis.

 

Contrebasse

Elle apparaît dans le tango dans les années 1910. Elle est jouée aussi bien à l’archet (souvent utilisé avec des techniques percussives) qu’en pizzicato.

 

Piano

Présent dès les origines (El Entrerriano, premier tango répertorié, fut composé en 1897 par un pianiste, Rosendo Mendizabal), il devient un élément stable des orquestras típicas dans les années 1910 (deux violons, deux bandonéons, une contrebasse et un piano). Parmi les pianistes principaux, citons Roberto Firpo, Carlos di Sarli, Osvaldo Pugliese, Rodolofo Biagi, Horacio Salgán.
 
 

 

Percussions

Les percussions étaient utilisées aux origines du tango. Elles disparaissent dès le début du XXe siècle. Pourtant certains orchestres comme ceux de Francisco Canaro ou Osvaldo Fresedo continuèrent à les utiliser. Mais même là où elles ne sont pas réellement présentes, elles sont comme intégrées dans le rythme même du tango, c’est sur leur fantôme que les tangueros marchent.

 

Harpe, concertina, orgue de Barbarie, mandoline

Ces instruments, très utilisés au début, sont devenus rares dès le début du XXe siècle.

 

Violoncelle

Il n’est utilisé que depuis les années 40, mais n’a cessé de gagner ses lettres de noblesse dans tous les orchestres importants. Le maître de l’instrument est José Bragato, du Teatro Colón, qui jouera entre autres avec Piazzolla.

 

Flûte

Traversière, en métal, présente dès les origines, elle disparaît, poussée hors des orquestras par le bandonéon. Elle revient dans les années 60.

 

Guitare

Présente dès les origines, elle s’effacera parfois mais ne disparaîtra jamais vraiment. Elle accompagne les chanteurs comme Carlos Gardel, Charlo, Nelly Omar. Elle est devenue électrique avec Piazzolla.

 

Clarinette

Elle est essentiellement présente dans le tango yiddish, où elle joue souvent la partie du violon, voire celle du bandonéon.

 

Harmonica

Assez rare dans le tango, cet autre instrument à anches libres est représenté essentiellement, mais avec quel génie, par Hugo Díaz.

 

Beltango Quinteto

 

Agenda

 code couleurs

Cours  & pratique
Atelier/Marathon/Stage
Concert    Milonga  Festival 

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
5
6
7
8
9
12
13
14
15
16
20
21
22
23
25
26
28
29
30
31

Recherche dans le site

Free Joomla templates by L.THEME